À propos

L’objet principal de ce projet est de constituer un réseau de jeunes chercheurs en sciences sociales travaillant sur les reconfigurations et les mutations ayant court dans les sociétés et les territoires post yougoslaves, provenant de diverses disciplines (aménagement du territoire, géographie, anthropologie, sociologie, science politique notamment), et préférentiellement francophones. Ce réseau a pour objectif premier de renforcer les échanges scientifiques entre jeunes chercheurs travaillant sur cette thématique, jeunes chercheurs dont l’éparpillement géographique ne leur permet pas d’échanger plus en profondeur jusqu’alors. Il vise à l’organisation de quatre séminaires croisés sur deux ans (un à Tours, un à Marseille et deux en ex-Yougoslavie). A cette constitution de réseau s’ajoutera une dimension de formation, par l’invitation de chercheurs confirmés (français et étrangers) à partager leurs points de vue et analyses concernant les thèmes abordés.

 CONTEXTE ET OBJECTIFS

Juin 1991, l’éclatement de la Yougoslavie et les premiers conflits armés commencent en Slovénie. Les épisodes guerriers qui s’en sont suivis ont marqué la fin de la République socialiste de Yougoslavie, dont le territoire est aujourd’hui réparti entre 6 Etats-Nations reconnus par l’ONU (Slovénie, Croatie, Serbie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Macédoine) et un septième aspirant à l’être prochainement (Kosovo). Cette explosion de la Yougoslavie, qui fut marquée par de nombreuses violences physiques, se caractérise aussi par de fortes mutations sociales et économiques liées à la question du passage d’une économie planifiée vers une économie de marché. Dans un territoire où les frontières ont été remaniées, les systèmes politiques ont évolués et les sociétés nationales ont été recomposées, un double mouvement nous semble perceptible :

– d’une part, un repli sur les territoires et les sociétés nationales liés à la consolidation de nouveaux Etats-Nations, recomposées autour d’une nationalité majoritaire et dominante, souvent construits en opposition du voisin et en référence aux évènements passés.

– d’autre part, un ancrage dans un contexte régional et international plus large, entre solidarités locales, mondialisation et européanisation, qui constituent des facteurs majeurs de transformation des Etats et de leurs sociétés.

Apparemment contradictoires, ces mouvements s’entremêlent sans cesse. Elaboré pour décrire le basculement dans une société postsocialiste, le terme de transition ne rend « pas compte de l’hétérogénéité et de la complexité de ces sociétés, ainsi que de la fluidité existant parmi et entre les réalités des mondes socialistes et postsocialistes » (Doyon, Brotherton 2008 : 8). Entre affirmation des nouveaux Etats, mondialisation et cheminement vers l’Union Européenne, les sociétés font face à une multiplicité d’enjeux et d’acteurs allant de l’institution à l’individu.

C’est précisément la conscience de cette multiplicité qui nous conduit à croiser davantage nos regards, nos méthodes, nos recherches, afin de constituer une approche complexe, critique et pluridisciplinaire qui nous permette de mieux appréhender les reconfigurations et les mutations ayant court dans les sociétés et les territoires post yougoslaves. L’objet principal de ce projet est donc de constituer un réseau (à l’image du travail réalisé par le réseau Urbarom soutenu par la MSH de Tours) de jeunes chercheurs en sciences sociales travaillant sur cette thématique, provenant de diverses disciplines (aménagement du territoire, géographie, anthropologie, sociologie, science politique notamment), et préférentiellement francophones.

Ce réseau a pour objectif premier de renforcer les échanges scientifiques entre jeunes chercheurs travaillant sur les sociétés issues de l’éclatement de la Yougoslavie mais dont l’éparpillement géographique ne leur permet pas d’échanger plus en profondeur, par l’organisation de quatre séminaires croisés sur deux ans. A cette constitution de réseau s’ajoutera une dimension de formation, par l’invitation de chercheurs confirmés (français et étrangers) à partager leurs points de vue et analyses concernant les thèmes abordés. Il s’agit donc à la fois de mobiliser des contacts connus par les responsables du projet et d’ainsi favoriser la mise en réseau de ces chercheurs (jeunes et confirmés) autour du sujet décrit ci-avant, mais également, et ce par l’intermédiaire des quatre appels à communication envisagés dans l’organisation des séminaires successifs, de mobiliser plus largement d’autres jeunes chercheurs francophones travaillent sur le sujet. Pour les deux premiers séminaires, nous envisageons de retenir les deux sujets suivants :

– Séminaire de recherche n°1 (juin 2012, MSH de Tours, Tours) : Habiter l’espace post yougoslaves : discussion autour de l’évolution des rapports des individus et des sociétés à leurs territoires.

– Séminaire de recherche n°2 (décembre 2012, MMSH, Aix-en-Provence) : L’influence du processus de pré-accession à l’UE sur les politiques et les sociétés post yougoslaves.

Les thématiques des séminaires suivants : le troisième et le quatrième planifiés en ex- Yougoslavie (probablement à Belgrade, organisation : Marie Van Effenterre présente en Serbie et à Skopje en Macédoine, organisé par Guillaume Javourez, présent sur place) en novembre 2013, restent à définir.

Suite à ces quatre séminaires, nous sélectionnerons et publierons les meilleures communications dans un journal scientifique francophone.

INTERETS DU PROJET

 – il est porté par de jeunes chercheurs, trois doctorants qui entament leur 3e ou 4e année de thèse, travaillant sur l’ex-Yougoslavie ; la mise en réseau de leurs recherches leur permettra tout à la fois de se former à la gestion de projet, qu’elle profitera à leurs recherches propres.

– la principale originalité scientifique de cette recherche réside dans l’approche critique que nous faisons des lectures parfois trop conceptuelles et trop centrées sur les Etats qui ont pût être développés par les courants structuralistes, institutionnalistes ou encore néolibéraux, autant que des analyses uniquement centrés sur un individualisme méthodologique qui négligeraient l’importance des mutations collectives, sociales et institutionnelles, actuellement en cours dans l’espace post-yougoslave. Il nous semble que c’est précisément dans la confrontation de ces approches (« par le haut », « par le bas »), de ces échelles, et de ces méthodes, que réside une lecture qui rende mieux compte de la complexité des phénomènes observés, permettant ainsi une meilleure compréhension de la mutations des territoires et des sociétés post yougoslaves.

– les dimensions interinstitutionnelle, interdisciplinaire et internationale du projet sont toutes trois centrales : interinstitutionnelle car trois MSH sont directement mobilisées par le projet, interdisciplinaire car les trois chercheurs responsables du projet appartiennent à quatre disciplines des sciences sociales ; internationale, car les chercheurs mobilisés, s’ils seront préférentiellement francophones (face à une recherche anglophone dominante sur l’ex-Yougoslavie), travaillent sur un espace européen : l’ex-Yougoslavie, et sont/seront originaires de diverses universités européennes. 

PERENNITE DU PROJET ET DU RESEAU 

Ce projet de mise en réseau est porté par trois doctorants en début de 3e année et de 4e année de thèse, qui possèdent déjà plusieurs contacts en Europe sur le sujet (voir liste en page 3). La temporalité du projet (24 mois) correspond à la temporalité des trois fins de thèse (soutenances envisagées en 2013-2014) et permettra la discussion des résultats de leurs recherches et leur valorisation. Les trois jeunes chercheurs souhaitent ensuite maintenir le réseau dans d’éventuelles recherches postdoctorales, en particulier par la mobilisation de celui-ci pour des réponses à appel d’offre (ANR en particulier), en cours de discussion actuellement entre des chercheurs (jeunes et confirmés) appartenant notamment aux trois UMR et aux universités européennes engagées dans ce réseau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *