Tous les articles par Réseau PY

Deuxièmes rencontres d’études balkaniques

 

A LA RECHERCHE DES BALKANS : ENTRE EUROPE ET MEDITERRANEE ?

Marseille, 2-4 juin 2016

 

Les deuxièmes rencontres d’études balkaniques « A la recherche des Balkans : entre Europe et Méditerranée ? » font suite aux rencontres « Etudes balkaniques : état des savoirs et pistes de recherche » organisées à Paris en novembre 2002 autour de l’Association française d’études sur les Balkans (AFEBALK).

L’objectif de cette nouvelle manifestation est de dresser un état de la recherche sur cette région au prisme des manières plurielles d’y pratiquer les sciences sociales. Près de quinze ans après la précédente manifestation, un nouveau jalon doit en effet être posé dans les études sur les Balkans contemporains en France. Nombre de problématiques d’alors (minorités, conflits, frontières, coexistence interconfessionnelle, etc.), qui avaient souvent contribué à particulariser les Balkans comme un espace « à part » en Europe, ont aujourd’hui cédé la place à de nouvelles perspectives, de nouveaux enjeux et de nouvelles pratiques de recherche.

Ce nouveau « retour des Balkans » sur le devant de la scène européenne se manifeste par des moments particuliers tels que l’entrée de certains pays dans l’Union européenne, par les perspectives d’adhésion d’autres, mais aussi par un ensemble d’événements de grande portée, tels que le déclenchement de la crise financière en Grèce et ses effets globaux, ou encore les processus migratoires massifs et dramatiques que connaît actuellement l’ensemble du sud-est européen. Chacun à sa façon, ces moments ont permis de comprendre que la région était à la fois soumise aux mouvements continentaux et à la mondialisation. Cette inclusion des sociétés des Balkans dans des processus plus vastes est accompagnée par les nombreuses transformations qui ont touché le quotidien de ses habitants au cours des dernières décennies.

Ainsi, au delà de la question « Les Balkans sont-ils encore d’actualité ? », question rhétorique à l’heure de la crise grecque, des enjeux migratoires, des processus d’adhésion et de recompositions géopolitiques à l’Est et au Sud de l’Europe, on peut se demander en quoi le Sud-est européen constitue toujours un observatoire efficace pour comprendre des dynamiques sociales plus générales qui affectent le continent européen comme la région méditerranéenne.

4 axes de travail structureront le colloque:

1. Transformations et recompositions
2. Circulations et hiérarchisations
3. Narrations et innovations
4. Pratiques et formes de connaissance

Les propositions (maximum 2 500 caractères espaces inclus, en anglais ou en français avec 5 mots clés et l’indication de l’axe dans lequel pourrait s’insérer la contribution) sont à déposer sur cette page via l’onglet « Déposer », avant le 30 janvier 2016, accompagnées d’une notice biographique de 5 lignes. Une réponse vous sera faite le 1er mars.

Au delà de la mobilisation d’équipes locales d’Aix-Marseille Université (Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme, LabexMed, MuCEM et Villa Méditerranée), de Saint-Cyr Coëtquidan (CREC), de Lyon (CREA et EVS) et du CETOBAC (EHESS, CNRS et Collège de France), ces rencontres visent à constituer un nouveau jalon permettant de revaloriser l’activité de l’Association française d’études sur les Balkans (AFEBALK) comme forum et lieu d’échanges transdisciplinaires pour les chercheurs travaillant en France, régulièrement comme occasionnellement, sur les pays du Sud-est européen. C’est la raison pour laquelle ce colloque fera aussi une place aux parcours personnels et institutionnels des intervenants, à des tables rondes visant à débattre de l’actualité des études balkaniques ainsi qu’à des échanges plus larges avec le public sur ces questions lors de séances largement ouvertes.

Ce colloque donnera lieu à plusieurs publications.

2015-2016 EURIAS FELLOWSHIP PROGRAMME

eurias-logo-web_sans barillet(2)

The European Institutes for Advanced Study (EURIAS) Fellowship Programme is an international researcher mobility programme offering 10-month residencies in one of the 16 participating Institutes: Berlin, Bologna, Budapest, Cambridge, Delmenhorst, Edinburgh, Freiburg, Helsinki, Jerusalem, Lyon, Marseille, Paris, Uppsala, Vienna, Wassenaar, Zürich. The Institutes for Advanced Study support the focused, self-directed work of outstanding researchers. The fellows benefit from the finest intellectual and research conditions and from the stimulating environment of a multi-disciplinary and international community of first-rate scholars.

EURIAS Fellowships are mainly offered in the fields of the humanities and social sciences but may also be granted to scholars in life and exact sciences, provided that their proposed research project does not require laboratory facilities and that it interfaces with humanities and social sciences. The diversity of the 16 participating IAS offers a wide range of possible research contexts in Europe for worldwide scholars. Applicants may select up to three IAS outside their country of nationality or residence as possible host institutions.

The Programme welcomes applications worldwide from promising young scholars as well as from leading senior researchers. The EURIAS selection process has proven to be highly competitive. To match the Programme standards, applicants have to submit a solid and innovative research proposal, to demonstrate the ability to forge beyond disciplinary specialisation, to show an international commitment as well as quality publications in high-impact venues.

For the 2015-2016 academic year EURIAS offers 44 fellowships (22 junior and 22 senior positions).

All IAS have agreed on common standards, including the provision of a living allowance (in the range of € 26,000 for a junior fellow and € 38,000 for a senior fellow), accommodation (or a mobility allowance), a research budget, plus coverage of travel expenses.

APPLICATION
– Applications are submitted online via www.eurias-fp.eu, where, you will find detailed information regarding the content of the application, eligibility criteria, and selection procedure.

– Applications period April 15th → June 5th, 2014, 12 pm (noon) GMT.

–  Late applications will not be considered.

 SELECTION PROCEDURE

– Scientific assessment by two international reviewers
– Pre-selection by the international EURIAS Scientific Committee
– Final selection by the IAS Academic Boards

– Publication of results: January 2015

For further information on the Programme, please consult our website: www.eurias-fp.eu

For further information on the IAS and their specific working conditions: www.eurias-fp.eu/ias

CfP: Habiter l’espace post-yougoslave – Dwelling/living in the post-Yugoslav space

Call for papers: Dwelling/living in the Post-Yugoslav space

Following the European seminar held in Tours on this topic in June 2012, the PY network invites young researchers in Social Sciences working on the post-Yugoslav space to submit articles for a forthcoming publication (in French or in English) in an influential European journal. The issue will be titled: “Dwelling/living in the Post-Yugoslav space”, focusing on the evolution of relations between space and people in former Yugoslavia.

Our ambition is to offer a fresh view and a better understanding of political, economic, socially rapid and complex evolutions in the region and to participate more broadly to a better understanding of socio-spatial processes in our contemporary world. The objective is also to facilitate, to promote and to make visible research analysis of young researchers working on the post-Yugoslav area.

Synopsis

Understood as a way for the individual to be in an environment, dwelling is a complex phenomenon challenging to define/grasp due to its modes being both material and ideal arrangements of representations and practices of the world (Bailleul and Feildel, 2011). Put differently, the inhabitants of aspace –as a lived experience and as a place of life- physically and symbolically appropriate it (Vassart, 2006). These individual and social relations between human being(s) and space(s) rely on personal, collective and cultural dynamics, which generate a very rich variety of meanings of home places. Dwelling is for the human being a manner to define its possibilities to be in space and time.

In the context of the post Yugoslav space, the verbs to dwell and/or to live acquire a particular resonance. In 1993, Michel Sivignon pointed out the grim actuality of these words during the Yugoslav conflicts. People have fought to guarantee their rights to live (in a house, a village, and a valley) but also to prevent others from living (in the neighbouring house, village, and valley). Wars were about getting rid of certain inhabitants but also about denying and deleting the signs and the marks they left in space and time.

If the 1990s conflicts may be questioned through the concept of dwelling, it is also possible to use this latter to elaborate a renewed perspective on recent reconfigurations of societies and territories in the former Yugoslav space. Other phenomena should also be integrated in such an analysis, e.g. the end of the socialist regime, the emergence of new nation-states, of market economy and the effects of supranational processes such as European integration and globalisation. Those have led to the emergence and the multiplication of new actors producing norms and representations –groups or individuals, state(s) or international organisations. Doing so, one may develop an approach much less concentrated on conflicts and nationalisms but focusing also on other aspects of the recent changes that have impacted (or not) on the way people live and dwell in space and time. Private ownership for instance is one phenomenon that has modified the relation between people and ground / land. It may result in a new personification of space and in new processes of formalising practices and representations in space that used to be informal.

In this call for papers, we are mainly interested in 3 themes:

1/ to be inhabitant and citizen in post-Yugoslav States

The end of the socialist political and economic system, the emergence of new sovereign nation-states as well as the successive migration of people over the last 20 years question the evolution of the relation between inhabitants and their new state(s) –changes in regime(s), legal statuses, definition of membership to the citizenry, borders and boundaries, law– and with neighbouring states –e.g. multiple citizenships. As a result of multiple historical, social and political processes, post-Yugoslav citizenships and their vocabulary refer to different definitions and meanings through time and space in the area. Besides, it is necessary to take into account the practices they encompass without being too close to normative understandings of other “citizenships” – e.g. British or French. Thus, this theme aims at questioning the evolution of citizenship(s) and citizenship regimes through their implication in everyday life and ordinary acts in post-Yugoslav spaces. What does this evolution imply in terms of dwelling (e.g. access to housing or other resources and rights)?

2/ to dwell, to live, to move in the post-Yugoslav space

Many researchers in the French academic context have recently noted the emergence of polytopic ways of living. More precisely, they argue that society has evolved in a way in which inhabitants have become more mobile in their everyday life and along their lifetime (Bailleul et Feildel, 2011; Stock, 2006). To what extent does this general observation fit with the post-Yugoslav context?

Mobility should be perceived as a vector/vehicle in the construction of the meaning that individuals give to the space in which they live in. Hence, the question is: which information do the recent changes in individuals’ mobility and spatial identities in former Yugoslavia give about the ways people dwell/live in spaces? And reversely how are these ways of living/dwelling modifying spatiality, mobility and identities of individuals living in post Yugoslav spaces? We welcome contributions dealing with the evolutions of links between spatial and social reconfigurations. Different kinds of mobility may be treated: forced mobility (refugees/returnees), regular mobility (for familial, economic, social reasons…), and daily mobility, from local to international scales.

3/ to live and to remember in former Yugoslavia

Socio-political evolutions in the (post-)Yugoslav space have been going hand-in-hand with an evolution of historical reference frames in spaces and societies. From the former socialist regime to the rising of nationalisms in the 1980s, the affirmation of new nation-states and local reconfigurations in the 1990s, the historical references in which societies take root seem both to proliferate and to merge. A stimulating empirical approach avoiding any oversimplification may be to focus on the evolution of the relations with memory and places of memory –lieux de mémoire– through the processes of recognition and incorporation of heritage status. We welcome approaches based upon the premises that history is only an interpretation and a production of past facts in a specific socio-political context by different actors and that this interpretation participates to identity construction processes for individuals and groups. Articles questioning heritage statuses in post-Yugoslav territories and societies are welcome as well as analyses of storytelling and production of discourses at the local and the national scales.

Process of selection

We invite young researchers, PhD students and post-doc in Social Sciences working on the post-Yugoslav space to apply to this call. Writing language has to be French or English.

Propositions should be 500 words long. They should be sent before the 1st of May 2013 at the following e-mail: reseaupy@yahoo.fr . They should come with a one-page CV in French or in English.

The selection committee will pay attention in particular to the scientific and language quality of propositions and to their link with the three themes developed in this call.

The accepted applicants will be notified in May; articles should be submitted during summer 2013.

The PY network

The PY network aims at bringing together PhD students and young researchers dealing with reconfigurations of post-Yugoslav societies and territories.

For more information, see: https://www.facebook.com/ReseauPy ; http://reseaupy.hypotheses.org

Heads of the network:

Cyril Blondel, PhD student in politics and in regional planning

UMR CITERES (CNRS 7324), Université de Tours

cyril.blondel@univ-tours.fr

Guillaume Javourez, PhD student in geography

UMR TELEMMe (6570); Université d’Aix-Marseille

g.javourez@univ-provence.fr

Marie Van Effenterre, PhD student in anthropology

EHESS, UMR IIAC-TRAM (CNRS 8177), Paris

marievaneffenterre@gmail.com

Appel à publications : Habiter l’espace post-yougoslave

Suite au séminaire européen de recherche qui s’est tenu sur le sujet en juin 2012 à Tours, le réseau PY invite les jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales travaillant sur l’espace post-yougoslave à soumettre un article, en français ou en anglais, pour publication dans une revue européenne de premier rang cette année. Le thème de l’appel est : Habiter l’espace post-yougoslave; de l’intérêt de ce concept pour discuter l’évolution des rapports homme(s)-espace(s) en ex-Yougoslavie.

L’objectif de cette publication est non de seulement de rendre intelligibles les (re)configurations politiques, économiques et spatiales rapides et complexes qui touchent cet espace, mais aussi, à travers elles, d’apporter une meilleure compréhension des processus sociaux et politiques touchant l’ensemble du monde contemporain. C’est aussi le moyen, par la collaboration de jeunes chercheurs issus de pays et de disciplines différentes, de mettre en visibilité des travaux produits dans l’espace post-yougoslave, dont la pertinence analytique et théorique est souvent masquée par des formes « d’impérialisme académique » (Hann 2003).

Texte de l’appel

Entendu comme « manière d’être de l’individu dans un environnement », l’habiter est envisagé comme un phénomène « complexe », « difficile à cerner », car les modes d’habiter sont « à la fois des arrangements matériels et idéels de la représentation et de la pratique du monde » (Bailleul et Feildel, 2011). En d’autres termes, l’espace –en tant qu’ « expérience vécue », comme « lieu de vie »- est « investi physiquement mais aussi symboliquement par ses occupants » (Vassart, 2006). Ces relations individuelles et sociales entre homme(s) et espace(s) s’appuient sur des dynamiques personnelles, collectives et culturelles, à l’origine « d’une variété très riche de significations du chez soi » (Vassart 2006). Habiter, c’est pour l’Homme cerner ses possibilités d’être dans l’espace et dans le temps, ce qui renvoie à la philosophie heideggérienne, ici résumée par Perelman (2006) :

La question de l’habitation (…) renvoie par nécessité à l’être, à ses racines, à la communauté, à un destin individuel comma au « nous », à la mort en tant que possibilité propre et inaliénable de l’existence, irréductible en même temps qu’impossible à fonder. L’habitation participe donc de la possibilité de fonder l’être, de créer des racines à partir de la terre, de jouir d’une communauté ancrée sur le sol, de « vaincre » la mort en la sublimant et aussi en permettant à l’homme de vivre longuement et paisiblement dans un lieu propice.

Perçues à la lumière des phénomènes liés à la dissolution de la Yougoslavie, ces quelques lignes acquièrent une résonance particulière. Michel Sivignon, dès 1993, parlait de « l’amère actualité » du verbe habiter dans les conflits yougoslaves. On s’est battu « pour se garantir le droit d’habiter (une maison, un village, une vallée) » mais aussi « pour empêcher les autres d’habiter (la maison voisine, le village, la vallée) ». Les projets de « purification ethnique » portés alors, peuvent être considérés comme des déportations, des massacres d’habitants : « c’est-à-dire des hommes qui entretiennent avec le sol qu’ils cultivent, la maison qu’ils occupent et qu’ils ont construite, la vallée dont ils observent tous les matins les cieux changeants, une relation de connivence et finalement de possession » (Sivignon, 1993). Mais ces projets visent aussi les signes dont ces habitants avaient marqué le territoire, aux « paysages qu’il convient de nationaliser ». La destruction de ces signes pour éviter que les habitants qu’on a chassés ne se recommandent « pour justifier leur retour » (Sivignon, 1993).

Si les conflits des années 1990 peuvent être interrogés au travers du concept d’habiter, nous pouvons et devons aussi les appréhender en tant qu’événement marquant la fin du régime socialiste yougoslave et l’avènement d’États nationaux mis au défi de l’intégration à l’économie de marché et de processus supranationaux tels l’intégration européenne et la globalisation. Cette approche nous permet alors de nous décentrer d’une approche fondée sur les conflits et le nationalisme en portant notre attention sur les conséquences de ce basculement sur la question de l’habiter. L’émergence de nouveaux acteurs producteurs de normes et leur multiplication, entre individu, collectivités territoriales, États ou encore institutions internationales, peut aussi être appréhendée à la lumière de ce basculement post-socialiste. L’avènement de la propriété privée a par exemple entraîné une modification du rapport à la terre ou au terrain en tant qu’espace personnel et donné lieu à de nombreux processus de formalisation de l’informel, plus ou moins avancés en fonction des pays.

Dix ans après les derniers conflits en Macédoine et alors que la situation à la frontière Serbie-Kosovo reste tendue, la question de l’habiter, des modes d’habiter l’espace post-yougoslave nous semble être une focale pertinente pour observer les reconfigurations socio-spatiales en ex-Yougoslavie. Elle nous permet d’interroger les phénomènes actuels et multiscalaires qui touchent ces territoires et sociétés, entre reconfigurations locales et globalisation. C’est à partir de cette base que nous proposons d’aborder plusieurs questions lors de ce premier séminaire à partir d’une perspective pluridisciplinaire en sciences sociales :

Être habitant et citoyen en ex-Yougoslavie

La fin du système politique et économique socialiste et l’apparition de nouveaux États souverains, de même que les mouvements de population et les migrations qui ont marqué l’espace (post-)yougoslave depuis ces vingt dernières années posent dans un double mouvement la question de l’évolution du lien entre les habitants et leur nouvel État. L’habiter articule alors deux problématiques: le rapport des habitants-citoyens à ce nouvel État (changement de régime, de statut, de frontières, des lois) et à leur voisinage (lieux de vie nouveaux ou transformés, nouveaux voisins, nouvelles préoccupations et aspirations). Résultat de processus historiques, sociaux et politiques particuliers, les citoyennetés (post)-yougoslaves et leur lexique renvoient à des significations et des définitions différentes en fonction des espaces et des périodes. Il est aussi nécessaire d’appréhender les pratiques qu’elle recouvre en se dégageant de références trop normatives à d’autres « citoyennetés », par exemple française ou britannique. L’objectif est ainsi de questionner les évolutions de la citoyenneté et des régimes de citoyenneté à l’œuvre dans cet espace à travers les implications qu’ils revêtent dans la vie quotidienne et les actes ordinaires, et à réfléchir à ce qu’ils impliquent vis-à-vis de l’habiter, par exemple en termes d’accès au logement ou à d’autres types de ressources et de droits.

Habiter et mobilité en ex-Yougoslavie

De nombreuses recherches ont mis récemment en exergue, souvent à partir du cas français, l’évolution vers une « société d’individus de plus en plus mobiles », au quotidien mais aussi durant leur vie (Bailleul et Feildel, 2011), d’un habiter qui serait devenu « poly-topique » (Stock, 2006). Ce constat général semble s’appliquer au contexte post-yougoslave, tant les changements brutaux auxquels ont été confrontés les habitants de cette région ces vingt dernières années, ont impacté leurs mobilités. Or, à partir du postulat général que « la mobilité est un vecteur de la construction du sens que les individus donnent au monde qu’ils habitent »(Bailleul et Feildel, 2011), la question posée est la suivante : comment les évolutions récentes des mobilités et des identités spatiales des individus en ex-Yougoslavie informent la constitution de modes d’habiter l’espace (de persistances, tout autant que d’adaptations), et comment, en retour ces mode d’habiter interviennent dans la spatialité, la mobilité et l’identité des individus habitant l’ex-Yougoslavie aujourd’hui ? (Feidel et Bailleul, 2011). Les contributions portant sur les évolutions des liens entre reconfigurations spatiales et sociales sont donc particulièrement bienvenues. Différents sujets peuvent être traités : mobilités forcées (réfugiés, retournés), mobilités régulières (pour des motifs familiaux, économiques, sociaux…) et mobilités quotidiennes, tant au niveau local qu’international.

Habiter et se remémorer en ex-Yougoslavie

Les évolutions sociopolitiques en Yougoslavie puis en ex-Yougoslavie, des années 1980 à nos jours, ont été accompagnées par une évolution des cadres historiques de référence des sociétés concernées. Entre montée des nationalismes dans les années 1980, affirmation de nouveaux États et recompositions locales après les années 1990, les références historiques dans lesquelles s’ancrent les sociétés semblent se multiplier et se mélanger. L’approche du rapport à la mémoire au travers des processus de patrimonialisation nous semble alors être un moyen de démêler ces fils tout en préservant leur diversité. A partir des postulats selon lesquels l’Histoire n’est qu’une interprétation de faits passés dans un contexte sociopolitique donné et qu’elle participe de la construction identitaire des individus et des groupes, l’objectif est de proposer une réflexion sur la mémoire et les lieux de mémoires dans l’espace post-yougoslave. Les articles portant sur les processus de patrimonialisation dans les territoires et sociétés post-yougoslaves seront donc bienvenus, afin d’analyser la mise en récit de cette histoire et la promotion de discours nationaux ou sur la localité.

Procédure de sélection

Nous invitons les jeunes chercheurs doctorants ou post-doctorants en sciences sociales travaillant sur l’espace post-yougoslave à soumettre un article en anglais ou en français.

Les propositions ne doivent pas excéder 500 mots et doivent être envoyées avant le 1er mai 2013 à l’adresse e-mail suivante : reseaupy@yahoo.fr , accompagnées d’un CV d’une page (en anglais ou en français).

Le comité de sélection portera une attention particulière à la qualité scientifique et linguistique de la proposition et au lien avec les thèmes proposés dans l’appel.

Les auteurs seront informés de la sélection avant la mi-mai et les articles finaux devront être envoyés avant l’été 2013.

Pour en savoir plus sur le réseau : https://www.facebook.com/ReseauPy ; http://reseaupy.hypotheses.org

Actuels porteurs du réseau :

Cyril Blondel, doctorant en aménagement et en science politique

MSH Val de Loire ; UMR CITERES (CNRS 7324), Université de Tours

cyril.blondel@univ-tours.fr

Guillaume Javourez, doctorant en géographie

MMSH ; UMR TELEMMe (CNRS 6570); Université Aix-Marseille

g.javourez@univ-provence.fr

Marie Van Effenterre, doctorante en anthropologie

Ecole des hautes études en sciences sociales, UMR IIAC-TRAM (CNRS 8177), Paris

marievaneffenterre@gmail.com

Appel à communication: L’Européanisation des sociétés et des territoires post-yougoslaves : faire avec l’Europe ?

Suite au premier séminaire du réseau PY, « Habiter l’espace post-yougoslave », qui s’est tenu le 18 juin 2012 à la MSH Val de Loire, un second séminaire aura lieu le vendredi 18 Janvier 2013 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) à Aix-en-Provence.

Décidé et conditionné lors du sommet européen de Copenhague en 1993, l’élargissement de l’Union européenne (UE) vers les pays d’Europe centrale et orientale  a pris des chemins différents en fonction des pays concernés. Dans les années 1990, alors que le processus est sérieusement engagé à l’Est, c’est l’impasse politique qui caractérise l’action de l’Union en ex-Yougoslavie où les crises se succèdent : conflits en Croatie et en Bosnie-Herzégovine au début de la décennie, puis au Kosovo ainsi qu’en Serbie (1998-1999) et en République de Macédoine en 2001. Réaffirmé à la fin des années 90, l’élargissement aux Balkans occidentaux reste un processus lent et différencié d’un pays à l’autre. La Slovénie, peu touchée par les conflits, accède à l’Union européenne au moment du grand élargissement vers l’Est de 2004. Elle sera rejointe par la Croatie mi-2013. Aujourd’hui, seul le Monténégro a entamé les négociations d’adhésion avec l’UE (depuis l’été 2012). Pour tous les autres pays de la région, qu’ils soient reconnus candidats officiels (Républiques de Serbie et de Macédoine) ou non (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Albanie), les négociations n’ont toujours pas commencé.

Malgré tout, l’intégration européenne constitue une perspective majeure pour les États de la région, en termes d’horizon politique, économique et social. Elle resterait même, pour de nombreux observateurs, le catalyseur extérieur le plus significatif à la mise en place de réformes démocratiques dans la région (Rupnik, 2007). Mais de quelles réformes parle-t-on ?

C’est pour décrire le rapprochement institutionnel et social entre pays (notamment) de la région et UE qu’a émergé la notion d’européanisation, qui tend à décrire le processus d’alignement normatif lié à l’intégration, par les pays candidats, de l’acquis communautaire dans leur législation nationale. Plus largement, cette notion décrit la pénétration de la dimension européenne dans les systèmes politiques et les arènes de politique publique nationaux (Radaelli, 2003). Elle ne s’arrêterait donc pas à un seul processus normatif, institutionnel, mais serait aussi un processus relationnel de construction, d’évolution, de diffusion, de règles aussi bien formelles qu’informelles, mais aussi de croyances partagées (Radaelli, 2004).

Ce processus concerne donc les sociétés au sens large : l’européanisation peut être envisagée comme une expérience sociale concrète, qui se manifeste par l’apparition de nouveaux espaces de décisions, par des phénomènes de résistances ou de mobilisation d’opportunités, la mise en place de stratégie, etc. Cette approche permet d’étudier la façon dont les individus et les groupes sociaux « font avec » l’Europe, devenue un acteur important, parmi d’autres, des sociétés post-yougoslaves.

 

            « Faire avec l’Europe »

Notre séminaire aixois propose ainsi d’étudier les relations entre l’Europe au sens large (ses institutions, ses normes, ses individus) et les sociétés et territoires post-yougoslaves. Une des questions centrales que nous souhaitons aborder est : dans quelle mesure les sociétés et les individus s’adaptent ou non au modèle européen, et réciproquement dans quelle mesure le modèle européen s’adapte ou non, évolue, au contact des sociétés post-yougoslaves ?

Nous proposons également de porter une réflexion critique sur les acteurs de cette européanisation, et notamment sur l’émergence de la notion de « société civile »: à quels phénomènes sociétaux renvoie cette notion ? Quel rôle pour cette « société civile » dans l’évolution des rapports de force politiques et sociaux post-yougoslaves ? Quelle place dans la diffusion des normes européennes en ex-Yougoslavie ? L’attention portée à cet ensemble d’acteurs nous permettra également de questionner le lien entre européanisation et globalisation, la première notion pouvant parfois être perçue comme une modalité de la seconde.

Enfin, nous souhaitons également aborder dans nos débats la question de « l’Europe au quotidien » : de quelles façons les individus et les groupes sociaux composent avec l’Europe dans leur vie quotidienne ? Dans quelle mesure le cadre européen devient, ou non, un nouveau cadre d’action, parmi d’autres ? Selon quels motifs et quelles modalités est-il mobilisé et perçu ? Pourront être pris en exemple les mécanismes d’insertion ou de rejet, individuels et collectifs, vis-à-vis des politiques publiques européennes.

Initiée par le constat que les processus d’européanisation en ex-Yougoslavie ne font pas suffisamment l’objet de recherches empiriques, cette journée sera  l’occasion d’apporter des contributions issues de disciplines diverses sur les pratiques à l’œuvre, mais aussi d’interroger les outils théoriques et analytiques que nous employons pour les étudier.  Au-delà des tentations normatives, comment travaille-t-on sur « l’européanisation » en ex-Yougoslavie ?

 Modalités de soumission des propositions de communication

Nous invitons les jeunes chercheurs, doctorant(e)s, jeunes docteur(e)s en sciences humaines et sociales, à proposer une réponse en français, en lien avec les thèmes développés auparavant.

La proposition de communication devra compter 500 mots environ et être envoyée à l’adresse suivante : reseaupy@yahoo.fr avant le 25 novembre 2012. Elle devra être accompagnée d’un CV synthétique, d’une page environ, rédigé en français.

Le comité d’organisation portera une attention toute particulière aux propositions qui préciseront clairement dans quelle(s) thématique(s) elles s’inscrivent et quels sont leurs apports à l’objet du séminaire et à la problématique générale du réseau. L’acceptation sera notifiée aux auteurs début décembre 2013.

Format du séminaire et valorisation envisagée

Les communications devront être envoyées par mail (reseaupy@yahoo.fr), sous la forme d’un article de 5.000 à 10.000 mots, avant le 7 janvier 2013. Ces derniers seront ensuite envoyés à l’ensemble des participants au séminaire, afin que chacun puisse les lire de sorte à favoriser discussions et réactions.

Le séminaire se déroulera sur un jour, le 18 Janvier 2013. Il sera composé de plusieurs sessions (renvoyant aux thématiques de l’appel) ; chaque session sera animée par un ou deux chercheurs confirmés, spécialistes des thèmes proposés. Le séminaire se terminera par une conclusion transversale qui s’appuiera sur l’ensemble des présentations et des débats, et qui sera réalisée par un chercheur invité pour l’occasion.

Certains articles présentés lors du séminaire pourront faire l’objet d’une publication dans un numéro spécial d’un journal ou d’une revue scientifique.

Première journée du réseau PY: Habiter l’espace post-yougoslave – 18 Juin 2012, MSH Val de Loire, Tours

Premier séminaire européen de recherche du réseau PY:

Habiter l’espace post-yougoslave

 

8h30 – 9h00 Accueil des participants et café

 

9h00-9h30  \  INTRODUCTION

9h00 Cyril BLONDEL, Université de Tours, France

Guillaume JAVOUREZ, Université d’Aix-Marseille I, France

Marie van EFFENTERRE, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, France

Le réseau PY

 

9h15 Arnaud APPRIOU, Coordinateur politique à la DG Elargissement, Commission Européenne

La question de l’habiter dans l’espace post-yougoslave

 

 

9h30-11h  \  SESSION 1 : Etre habitant et citoyen en ex-Yougoslavie

Discutantes :

Catherine Neveu, directrice de recherche en anthropologie, LAIOS

Marie van Effenterre, doctorante en anthropologie, LAIOS

9h30 \ Marie STOJIMIROVIC, doctorante en science politique, Université de Paris-Ouest 10

La coopération décentralisée entre les collectivités locales françaises et serbes dans le cadre de l’intégration européenne

10h15 \ Elise BERNARD, docteure en droit public, chargée de cours à l’INALCO, Paris

Nationalité et citoyenneté serbe : l’évolution législative en République de Serbie « Samo Sloga Srbina Spasava »

 

11h00-11h15 Pause café

 

11h15-12h45  \  SESSION 2 : Habiter et vivre ensemble en ex-Yougoslavie

 

Discutants :

Arnaud Appriou, Coordinateur politique à la DG Elargissement, Commission Européenne

Hélène Bertheleu, MCF en sociologie, Université de Tours

11h15 Ljubica SPAKOVSKA, doctorante en histoire, Université d’Exeter, Angleterre

Le rêve gris de couleur rouge – la dernière génération yougoslave

12h00 Fanny ARNAUD, doctorante en ethnologie et en anthropologie sociale, EHESS, Paris

Habiter Vukovar : Ethnographie d’une « ville martyr »

 

12h45-14h00 \ Déjeuner (buffet) – Département aménagement, salle Vincent Labeyrie, RDC


14h00-15h30  \  SESSION 3 : Habiter et se remémorer en ex-Yougoslavie

 

Discutants :

Benoit Feildel, MCF en aménagement, Université de Tours

Hélène Bailleul, MCF en aménagement, Université de Rennes II

14h00 Patrick NAEF, doctorant en géographie, Université de Genève, Suisse

Du traumascape au touristscape : perspectives croisées sur Vukovar (Croatie) et Sarajevo (Bosnie-Herzégovine)

14h45 \ Vladana PUTNIK, doctorante en histoire de l’art, Université de Belgrade, Serbie

Les parcs mémoriaux avant et après la Yougoslavie

 

15h30 – 15h45 Pause café

 

15h45-17h15  \  SESSION 4 : Habiter et délimiter en ex-Yougoslavie

Discutants :

Guillaume Javourez, doctorant en géographie, Université d’Aix-Marseille I

Cyril Blondel, doctorant en aménagement et en science politique, Université de Tours

15h45 Tanja TAMMINEN, docteure en science politique, chercheuse à l’Institut Finlandais des Affaires Internationales, Finlande

« Le village d’origine », la coopération transfrontalière et la construction de l’identité albanaise aujourd’hui dans la région entre le Monténégro, l’Albanie et le Kosovo

16h30 Dejan JOVANOV, doctorant en sociologie, Université de Strasbourg

Dušan RISTIĆ, doctorant en sociologie, Université de Novi Sad, Serbie

Distance(s) ethnique(s) en Voïvodine : les frontières définies par une demande à la reconnaissance sociale

 

 

17h15-18h00  \  Conclusion du séminaire et ouverture

 

17h15 Mirjana MOROKVASIC, Directrice de recherche au CNRS émérite, Institut des Sciences sociales du Politique, Paris Ouest – Nanterre, La Défense

Les évolutions du concept d’habiter, les évolutions des pratiques d’habiter à la lumière du contexte post-yougoslave : quels enseignements ?

 

 

19h30  \  RECEPTION à la Mairie de Tours

Appel à Communication: Habiter l’espace post-yougoslave

La première manifestation organisée par le Réseau PY s’est tenue le 18 Juin 2012 à la MSH Val de Loire de Tours. Réunissant des chercheurs issus d’horizons géographiques et disciplinaires variés, elle s’est articulée autour de la problématique suivante: Habiter l’espace post yougoslave. Les organisateurs remercient les participants pour leurs contributions et préparent activement les prochaines étapes de la vie du réseau.

– Appel à communication:

Entendu comme « manière d’être de l’individu dans un environnement », l’habiter est envisagé comme un phénomène « complexe », « difficile à cerner », car les modes d’habiter sont « à la fois des arrangements matériels et idéels de la représentation et de la pratique du monde » (Bailleul et Feildel, 2011). En d’autres termes, l’espace –en tant qu’ « expérience vécue », comme « lieu de vie »- est « investi physiquement mais aussi symboliquement par ses occupants » (Vassart, 2006). Ces relations individuelles et sociales entre homme(s) et espace(s) s’appuient sur des dynamiques personnelles, collectives et culturelles, à l’origine « d’une variété très riche de significations du chez soi » (Vassart 2006). Habiter, c’est pour l’Homme cerner ses possibilités d’être dans l’espace et dans le temps, ce qui renvoie à la philosophie heideggérienne, ici résumée par Perelman (2006) :

La question de l’habitation (…) renvoie par nécessité à l’être, à ses racines, à la communauté, à un destin individuel comma au « nous », à la mort en tant que possibilité propre et inaliénable de l’existence, irréductible en même temps qu’impossible à fonder. L’habitation participe donc de la possibilité de fonder l’être, de créer des racines à partir de la terre, de jouir d’une communauté ancrée sur le sol, de « vaincre » la mort en la sublimant et aussi en permettant à l’homme de vivre longuement et paisiblement dans un lieu propice.

Perçues à la lumière des phénomènes liés à la dissolution de la Yougoslavie, ces quelques lignes acquièrent une résonance particulière. Michel Sivignon, dès 1993, parlait de « l’amère actualité » du verbe habiter dans les conflits yougoslaves. On s’est battu « pour se garantir le droit d’habiter (une maison, un village, une vallée) » mais aussi « pour empêcher les autres d’habiter (la maison voisine, le village, la vallée) ». Les projets de « purification ethnique » portés alors, peuvent être considérés comme des déportations, des massacres d’habitants : « c’est-à-dire des hommes qui entretiennent avec le sol qu’ils cultivent, la maison qu’ils occupent et qu’ils ont construite, la vallée dont ils observent tous les matins les cieux changeants, une relation de connivence et finalement de possession » (Sivignon, 1993). Mais ces projets visent aussi les signes dont ces habitants avaient marqué le territoire, aux « paysages qu’il convient de nationaliser ». La destruction de ces signes pour éviter que les habitants qu’on a chassés ne se recommandent « pour justifier leur retour » (Sivignon, 1993).

Si les conflits des années 1990 peuvent être interrogés au travers du concept d’habiter, nous pouvons et devons aussi les appréhender en tant qu’événement marquant la fin du régime socialiste yougoslave et l’avènement d’États nationaux mis au défi de l’intégration à l’économie de marché et de processus supranationaux tels l’intégration européenne et la globalisation. Cette approche nous permet alors de nous décentrer d’une approche fondée sur les conflits et le nationalisme en portant notre attention sur les conséquences de ce basculement sur la question de l’habiter. L’émergence de nouveaux acteurs producteurs de normes et leur multiplication, entre individu, collectivités territoriales, États ou encore institutions internationales, peut aussi être appréhendée à la lumière de ce basculement postsocialiste. L’avènement de la propriété privée a par exemple entraîné une modification du rapport à la terre ou au terrain en tant qu’espace personnel et donné lieu à de nombreux processus de formalisation de l’informel, plus ou moins avancés en fonction des pays.

Dix ans après les derniers conflits en Macédoine et alors que la situation à la frontière Serbie-Kosovo reste tendue, la question de l’habiter, des modes d’habiter l’espace post-yougoslave nous semble être une focale pertinente pour observer les reconfigurations socio-spatiales en ex-Yougoslavie. Elle nous permet d’interroger les phénomènes actuels et multiscalaires qui touchent ces territoires et sociétés, entre reconfigurations locales et globalisation. C’est à partir de cette base que nous proposons d’aborder plusieurs questions lors de ce premier séminaire à partir d’une perspective pluridisciplinaire en sciences sociales :

               Être habitant et citoyen en ex-Yougoslavie

La fin du système politique et économique socialiste et l’apparition de nouveaux États souverains, de même que les mouvements massifs de population résultant des projets de purification ethnique, posent dans un double mouvement la question de l’évolution du lien entre les habitants et leur nouvel État. L’habiter articule alors deux problématiques: le rapport des habitants-citoyens à ce nouvel État (changement de régime, de frontières, des lois) et les de leur voisinage (lieux de vie nouveaux ou transformés, nouveaux voisins, nouvelles préoccupations et aspirations).

Alors que le mot citoyen, dans certains des pays ex-yougoslaves, désigne aussi l’habitant et le citadin, ce sera in fine l’occasion d’interroger l’évolution des conceptions de la citoyenneté dans les espaces post-yougoslaves, entre individu, État(s)-Nation(s) et Union Européenne.

               Habiter et mobilité en ex-Yougoslavie

De nombreuses recherches ont mis récemment en exergue, souvent à partir du cas français, l’évolution vers une « société d’individus de plus en plus mobiles », au quotidien mais aussi durant leur vie (Bailleul et Feildel, 2011), d’un habiter qui serait devenu « poly-topique » (Stock, 2006). Ce constat général semble s’appliquer au contexte post-yougoslave, tant les changements brutaux auxquels ont été confrontés les habitants de cette région ces vingt dernières années, ont impacté leurs mobilités. Or, à partir du postulat général que « la mobilité est un vecteur de la construction du sens que les individus donnent au monde qu’ils habitent »(Bailleul et Feildel, 2011), la question posée est la suivante : Comment les évolutions récentes des mobilités et des identités spatiales des individus en ex-Yougoslavie informent la constitution de modes d’habiter l’espace (de persistances, tout autant que d’adaptations), et comment, en retour ces mode d’habiter interviennent dans la spatialité, la mobilité et l’identité des individus habitant l’ex-Yougoslavie aujourd’hui ? (Feidel et Bailleul, 2011).

               Habiter et se remémorer en ex-Yougoslavie

Les évolutions sociopolitiques en Yougoslavie puis en ex-Yougoslavie, des années 1980 à nos jours, ont été accompagnées par une évolution des cadres historiques de référence des sociétés concernées. Entre montée des nationalismes dans les années 1980, affirmation de nouveaux États et recompositions locales après les années 1990, les références historiques dans lesquelles s’ancrent les sociétés semblent se multiplier et se mélanger. L’approche du rapport à la mémoire au travers des processus de patrimonialisation nous semble alors être un moyen de démêler ces fils tout en préservant leur diversité. A partir des postulats selon lesquels l’Histoire n’est qu’une interprétation de faits passés dans un contexte sociopolitique donné et qu’elle participe de la construction identitaire des individus et des groupes, nous proposons de nous interroger sur la mémoire et les lieux de mémoire en ex-Yougoslavie. Nous proposons de questionner ici les processus de patrimonialisation dans les territoires et sociétés post-yougoslaves afin d’analyser la mise en récit de cette histoire et la promotion de discours nationaux ou sur la localité.

               Habiter et délimiter en ex-Yougoslavie

« Si l’identité, en tant que processus social, concerne l’individu comme le groupe, elle qualifie l’espace géographique et ses territoires du fait d’interactions très puissantes que l’homme entretien avec les cadres matériels et symbolique de sa propre vie » (Di Méo, 2008). La question de l’habiter en tant que manière d’être d’un individu dans un environnement  nous renvoie alors à celle du rapport à l’autre et à la place de l’espace, de son marquage, dans la constitution des groupes sociaux. En suivant Barth selon lequel les frontières/limites définissent les groupes ethniques et non leurs contenus culturels internes particuliers, nous posons la question suivante : quelles sont les liens entre reconfigurations spatiales (institutionnelles mais aussi matérielles ; par le marquage de la différence ; par la suppression des traces de l’autre) et reconfigurations sociales ?

La prise en compte de ces thématiques et de ces enjeux, au sein du projet PY, vise non seulement à rendre intelligibles des (re)configurations politiques, économiques et spatiales rapides et complexes, mais aussi, à travers elles, à apporter une compréhension des processus sociaux et politiques touchant l’ensemble du monde contemporain. C’est aussi le moyen, par la collaboration de jeunes chercheurs issus de pays et de disciplines différentes, de mettre en visibilité des travaux produits dans l’espace post-yougoslave, dont la pertinence analytique et théorique est souvent masquée par des formes « d’impérialisme académique » (Hann 2003).